{...} et l’on a pris pour la réalité ce qui est une peinture, 2019
Installation in-situ, dimensions variables, plâtre, ciment, peinture sur bois, photographies argentiques sous verre et objets

À géométrie ternaire, 2019
La Cenatrale, Bruxelles
Stéphanie Jacques
Camille Truyffaut
Marine Penhouet
Commissariat : Lucie Pinier





Marine Penhouet lie la photographie, le volume, le dessin et la peinture. Peu importe l’outil ou le support, le point de convergence est le collage. Elle glane des objets au gré de ses déplacements : la sphère, la pyramide, le palmier, l’élément végétal ou archi- tectural. Cette collection constitue un corpus précis de signes-objets dans lequel elle puise pour composer ses peintures tridimensionnelles. Elle superpose, scotche, efface et recouvre. La notion de palimpseste est ancrée. L’artiste cultive une affinité avec la peinture narrative, comme l’Annonciation de Giotto. La technique du collage lui permet d’affirmer une succession de plans dans une même image, à travers l’objet, le texte et le fond peint. Les peintures dans l’atelier sont en perpétuelle évolution jusqu’au moment de l’exposition. L’installation pour l’exposition éphémère À géométrie ternaire, est une composition d’éléments en travail. Pour cet “étant donné”, la peinture sur bois devient socle et les colonnes-socles présente une nouvelle collection de rebuts de matières compactés issus de l’atelier.

Lucie Pinier